703 - Découvrir la structure des mots pour orthographier, une stratégie efficace pour l'élève présentant une difficulté spécifique d'apprentissage de lecture-écriture [Primaire/Adaptation scolaire]

Vendredi 2 novembre 2012 de 13:30 à 14:45
Description

45e Congrès AQPF - 2012 - Une langue de mots et d'images

12-14 juin 2012
Loews Hôtel Le Concorde
Québec, Québec

703 - Découvrir la structure des mots pour orthographier, une stratégie efficace pour l'élève présentant une difficulté spécifique d'apprentissage de lecture-écriture [Primaire/Adaptation scolaire]

L’apprentissage de l’écriture est une activité complexe qui nécessite une multiplicité de processus. Puisque le français utilise le codage de l’information phonologique pour représenter les phonèmes en graphèmes, cet apprentissage est déterminant pour le développement des compétences du lecteur-scripteur. Toutefois, plusieurs règles morphologiques composent notre système d’écriture (Bryant et coll., 2005). Selon Tsesmeli et Seymour (2006), les scripteurs établissent des liens morphologiques pour orthographier des mots complexes. Afin d’automatiser la mise en œuvre et la mémorisation des contextes associés à l’utilisation des régularités morphologiques, un enseignement est nécessaire (Fayol, 2008). Lors de cette communication, les principes directeurs d’un programme de rééducation centré sur le développement de la compréhension de la structure morphologique des mots écrits seront présentés. Cette intervention a été expérimentée auprès d’élèves, âgés de 10 ans à 12 ans, présentant une difficulté spécifique d’apprentissage de lecture-écriture. Cette expérimentation, d’une durée de 20 semaines, propose des activités réalisées en modalité orale et écrite. Notre exposé, lors de cette communication, présentera également des résultats quantitatifs aux différentes épreuves effectuées par un élève ainsi que l’analyse qualitative des procédures utilisées lors de la production de mots.

Date de à Lieu
vendredi 02 novembre 13:30 14:45
Lieu
415
Mme
Nathalie Chapleau
Nathalie Chapleau est professeure au Département d’éducation et de formation spécialisées de l’UQAM. Ses travaux de recherche portent sur l’intervention auprès de l’élève présentant une difficulté spécifique d’apprentissage de la lecture-écriture. Plus précisément, sa recherche doctorale a permis de valider un programme d’intervention orthopédagogique misant sur la morphologie pour compenser les difficultés alphabétiques et orthographiques de lecteurs-scripteurs en difficulté. Elle collabore actuellement à l’élaboration de la version francophone du logiciel ABRACADABRA.
Mme
Monique Brodeur
Université du Québec à Montréal : Monique Brodeur a d’abord étudié à l’Université de Montréal en orthopédagogie, avant d’obtenir sa maitrise et son doctorat en psychopédagogie à l’Université Laval. Elle a œuvré durant 15 ans en milieux communautaires et scolaires, auprès d’élèves de milieux défavorisés et ayant des difficultés d’adaptation et d’apprentissage. Professeure titulaire à l’Université du Québec à Montréal, elle est également doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation. Elle est membre du Centre d’études sur l’apprentissage et la performance de l’Université Concordia. Ses travaux portent sur le développement professionnel des enseignants en lien avec la prévention des difficultés d’apprentissage en lecture, l’autorégulation de l’apprentissage et la mobilisation des connaissances en éducation.
Mme
Line Laplante
Université du Québec à Montréal : Line Laplante a étudié en orthopédagogie avant d’obtenir son doctorat à l’Université de Montréal. Elle a œuvré en milieu scolaire auprès d’élèves ayant des difficultés et des troubles d’apprentissage. Professeure au département de didactique des langues à la Faculté des sciences de l'éducation de l’Université du Québec à Montréal, ses travaux portent sur la didactique cognitive de la lecture-écriture; la réussite des premiers apprentissages en lecture-écriture; la prévention des difficultés d'apprentissage de la lecture-écriture; le Modèle RAI/RTI multiniveaux : interventions universelles (N1), supplémentaires (N2) et ciblées (N3); l'évaluation (pistage, dépistage, identification); ainsi que la dyslexie développementale : évaluation et intervention.